Vendredi 10 juillet 2020

Ovadyahou (1 Rois 18,1-24)


Lire le texte

Serviteur du Seigneur – telle est la traduction de son nom – Ovadyahou est aussi le serviteur d’Achab! Fidèle à Yahvé, il a réussi à cacher et nourrir cent prophètes du Seigneur, alors que la nourriture manque partout! En même temps, il sert fidèlement son roi infidèle. Est-ce bien? Est-ce possible de vivre une telle dichotomie? Quel compromis ce serviteur doit-il accepter pour y parvenir? Est-il en train de danser d’un pied à l’autre? Elie et Ovadyahou ont deux méthodes bien distinctes d’agir pour le Seigneur. Des tempéraments dissemblables certes, mais aussi des loyautés et des méthodes différentes. Toujours est-il que lorsque l’on regarde les résultats, nous voyons que l’un a discrètement sauvé des vies, alors que l’autre les a exposées à la sécheresse et à la famine, et en se laissant lui-même nourrir par Dieu! Personnellement, je serais plus pour la méthode d’Ovadyahou, mais suis-je alors en train de clocher? C’est tout l’enjeu du Carmel: peut-on à la fois adhérer aux valeurs de la société de notre époque et aux valeurs chrétiennes, lorsqu’elles semblent se contredire? La compétitivité, le pouvoir, l’argent… Avons-nous vraiment choisi entre Dieu et Mammon, par exemple?

Delphine Collaud

Prière: Seigneur, aide-nous à voir clair dans nos choix et à vivre selon nos choix éthiques, même quand ce n’est pas simple et que cela nous coûte.  

Référence biblique : 1 Rois 18, 1 - 24

Commentaire du 11.07.2020
Commentaire du 09.07.2020